Poupas. Pour la fête, le village sur son 31

Cet article a paru initialement dans ce site

Une exposition de voitures anciennes attire toujours le public : mordus d’automobiles ou nostalgiques des véhicules de leur enfance, les visiteurs se sont empressés à Poupas, le week-end dernier. Point de tacots mais des voitures que presque tout le monde a croisées autrefois sur la route.

Combi Volkswagen, Méhari, «Dedeuches» ou Coccinelles, toutes en très bon état de carrosserie et de mécanique, elles ont été examinées sous toutes les coutures, avec parfois un zeste d’envie. Repas, pétanque et vide-greniers ont fait leur plein de visiteurs pendant le week-end : ces derniers ont tous remarqué le nouveau visage de Poupas.

Sous l’impulsion énergique du maire Pascal Guérin, les réseaux ERDF et France Télécom ont été enterrés. Disparus les poteaux et les fils électriques, les lampadaires disgracieux ont été remplacés par un éclairage public avec LED sur les façades.

Les alentours de la table d’orientation ont été dégagés et le panorama comble les attentes des promeneurs, photographes ou simples piétons. L’église Saint-Christophe du XVIIIe siècle a vu l’ancienne chapelle devenue sacristie complètement remise à neuf, charpente et murailles, par les soins bénévoles d’Eric Rivers, un Poupassien d’adoption.

Plusieurs statues de saints ont été restaurées et peintes et ornent le chœur de l’église. On y admirera surtout une croix discoïdale en pierre de l’époque médiévale sur l’inventaire des objets classés parmi les monuments historiques depuis cette année.

Poupas a obtenu trois distinctions décernées par le jury des villages fleuris : compliments pour le village, prix de l’engagement citoyen pour un collectif d’Anglais et prix du dynamisme et de l’engagement pour le maire P. Guérin lui-même. Les Poupassiens sont moins d’une centaine et montrent leur attachement à leur environnement, à leur cadre de vie et à l’entretien de leur patrimoine.