Condom. Deux week-ends d'animation pour soutenir le Téléthon

Cet article a paru initialement dans ce site

Si l’édition 2017 du Téléthon arrive à grands pas, ses relais condomois sont d’autant plus sur la brèche que l’évènement commencera dans la ville dès les 2 et 3 décembre. Au week-end officiel des 8 et 9 décembre, les organisateurs locaux ont en effet décidé d’ajouter, en préambule, une soirée de variété dédiée à la chanson française, samedi 2 au théâtre, mais aussi un vide-greniers et un loto, dimanche 3 décembre. «Parmi les changements, nous avancerons aussi le repas au vendredi soir», prévient Marie-Christine Leroux, directrice du centre social, qui coordonne la programmation avec Thierry Sacré. Ce dernier a déjà la satisfaction de voir que les associations locales et leurs bénévoles sont toujours présents en nombre pour relever les défis de ce grand week-end solidaire. «Certaines vont d’ailleurs travailler ensemble, comme la JAC et le club de hand qui donneront rendez-vous au Cosec et accueilleront cette année des jeunes de l’IME de Moussaron». Les lycéens de Bossuet ont eux aussi témoigné de leur envie de soutenir le Téléthon, un élan auquel n’est pas étranger Franck Escavabaja, touché par une maladie génétique et bénéficiant aujourd’hui des avancées de la recherche, qui est venu témoigner auprès d’eux cet automne de l’importance de la mobilisation en faveur de l’AFM. Véritable ambassadeur des progrès qu’a autorisé le soutien du Téléthon au gré des ans, l’Auscitain sera présent à Condom les 8 et 9 décembre.

De l’importance des dons

En attendant que la ville s’anime pour apporter sa contribution à la collecte du Téléthon, Thierry Sacré rappelle qu’outre les particuliers, les entreprises peuvent soutenir l’AFM grâce à des dons déductibles des impôts à 60 %. «Elles peuvent déjà prévoir d’aider et c’est d’autant plus important que les dons ne représentent que 20 % des sommes collectées, le reste étant les bénéfices des actions et ventes menées durant le week-end». Une entreprise a déjà fait le choix de lancer un défi aux cyclistes de l’UCC pour parcourir 000 km à vélo qu’elle soutiendra à hauteur d’un euro par kilomètre.