Comment Evaluer une Antiquité


Les 10 principales règles pour évaluer des antiquités et objets de brocante comme un commissaire-priseur.

Déterminer la valeur d’une antiquité ou d’une pièce de collection ne se limite pas uniquement à traquer un article dans un guide des prix ou tenir compte des résultats d’une enchère. En fait, cela ne constitue que le commencement du processus d’évaluation. Il y a un certain nombre de facteurs à considérer lorsque vous voulez donner une valeur réelle à vos antiquités. Avec un peu d’effort, de patience et des connaissances sur vos catégories préférées d’antiquités, tout en suivant les directives ci-dessous, vous pouvez apprendre à les évaluer vous-même de la même façon qu’un commissaire-priseur professionnel.

1. Ne négligez pas une marque

Que nous l’aimions ou pas, des objets marqués de l’estampe d’un fabricant ou d’un créateur ont souvent une valeur plus importante que d’objets identiques ne portant pas de signature. Utilisez une loupe ou une loupe de bijoutier, au besoin, afin de ne pas négliger une marque qui peut apporter une valeur supplémentaire  et vous aider à entreprendre des recherches plus approfondies. Avec des pièces peintes à la main et fait main, trouver une signature d’un artiste en plus de la marque d’un fabricant est un avantage. Soyez sûr d’examiner chaque morceau soigneusement pour ces signes d’identité de valeur.

2. Considérez l’état

Un des facteurs les plus importants à considérer quand vous évaluez une antiquité est son état de condition. Même lorsque vous localisez un article dans un guide des prix, si votre pièce n’est pas dans un état comparable sa valeur peut-être discutable. Prenez en compte tous les défauts comme des entailles, des fissures, un usage excessif, des égratignures, des taches et des composants manquants. Est-ce une entaille insignifiante ou une fissure importante ? En bref recherchez tout ce qui pourrait compromettre votre antiquité son état de neuf ou son état de « monnayage » et prenez en compte lorsque vous voulez déterminer sa valeur.

3. Votre objet est-il commun ou rare ?

Il existe quelquefois des antiquités extrêmement rares dans un état de condition discutable qui garderont toujours une valeur négociable élevée. Par exemple, si vous déterminez que vous possédez une poterie de Newcomb ayant une fissure de la taille d’un cheveu, celle-ci peut encore valoir une belle somme. Cependant, si vous possédez une poterie fêlée de Frankoma, sa seule valeur sera probablement que décorative. Si vous n’êtes pas sûr du niveau de rareté dans le secteur de vos recherches, renseignez-vous auprès d’un expert dans le domaine avant de vous débarrasser d’une pièce endommagée.

4. Ancien ne signifie pas toujours de valeur

La plus grande partie de la valeur d’un objet réside dans la demande de l’acheteur. Il existe énormément d’objets de plus de 100 ans d’âge qui n’ont pas une demande élevée. Prenez les cartes postales de voeux d’anniversaire du début des années 1900 comme exemple. Nombreuses de ces cartes postales ont survécu au temps les rendant trop communes pour avoir une valeur élevée. D’autre part, si vous possédez une carte postale du père Noël, difficile à trouver, du même âge, il est probable que sa valeur sera beaucoup plus grande. Il se peut qu’une seule carte postale du père Noël puisse atteindre une valeur de €70 ou plus pour un collectionneur ou à un revendeur avide.

5. Est-ce un vrai ou un faux?

Si un article a appartenu à votre famille depuis plusieurs générations et vous en connaissez la provenance, vous avez alors l’assurance que vous avez à faire à une antiquité authentique. Mais si vous achetez un article à un marché aux puces, souvent vous devrez l’authentifier avant que vous puissiez vraiment déterminer sa valeur. Recherchez les signes indicateurs d’usage et de vieillissement, ainsi que des anomalies dans la marque et la signature. Des détails subtils peuvent souvent fournir des indices sur l’âge réel d’un objet. Par exemple, utilisez une lampe noire pour commencer.

6. A-t-il été restauré ou réparé ?

La restauration professionnelle peut augmenter la valeur d’une antiquité rare, alors qu’une réparation d’amateur, dans la plupart des cas, peut affecter négativement sa valeur. Il est important d’évaluer un objet afin de discerner s’il a été malproprement réparé ou sa “patine” originale a été retirée. Si de la colle est visible, des soudures facilement détectables, ou des fragments ont apparemment été rectifiés, une antiquité ou pièce de collection devrait être évalué en conséquence. Des rectifications mineures peuvent ne pas affecter la valeur d’un objet rare. Demandez conseil à un expert si vous n’êtes pas sûr.

7. Y a-t-il une valeur de récupération?

Le simple fait qu’une antiquité ou un objet rare soit cassé ou endommagé n’élimine pas nécessairement toute sa valeur. Beaucoup de revendeurs achèteront des articles qu’ils peuvent réparer ou les utiliser en tant que pièces détachées afin de réparer d’autres objets. Des antiquités sévèrement endommagées sont parfois transformées par d’ingénieux restaurateurs, ou des créateurs les achèteront en tant que matière première. Selon l’ampleur des dommages et de l’utilité relative de l’article, il peut toujours avoir une certaine valeur. Il est sage de faire des recherches avant de le condamner à la poubelle.

8. Considérez les influences du marché

Si vous avez localisé un article dans un guide de prix ou dans les résultats d’une enchère, l’information reflète-t-elle les marchés courants ? Les prix des antiquités et des pièces de collection peuvent fluctuer largement et rapidement en rapport à une demande courante. Les prix peuvent chuter vers des niveaux de pré-demande une fois la ruée passée ou ils peuvent demeurer élevés dus à un approvisionnement limité où les revendeurs ont des difficultés de réapprovisionner leur inventaire. Il est important d’observer les marchés de vos catégories favorites et rester à la pointe des tendances affectant les valeurs.

9. Demandez conseil un ami expert

Il est de coutume, dans le monde des commissaires-priseurs, de demander conseil à des collègues afin de déterminer la valeur d’une antiquité. N’hésitez donc pas à demander à un ami bien informé ou à un revendeur dans lequel vous avez confiance leur avis. Parfois votre jugement averti outrepassera leur opinion, mais il est bon d’obtenir le conseil d’autrui lorsque vous avez une certaine réserve quant à la valeur d’un objet rare, particulièrement ceux rarement vus sur des marchés moins importants.

10. Pensez aux valeurs communes pour des antiquités

Souvent les commissaires-priseurs évaluent une antiquité en fonction de la valeur moyenne plutôt qu’aux prix les plus élevés ou plus bas atteints pour des objets semblables. Il y a des périodes où une pièce rare se vendra très cher à une enchère, mais le même article apportera un prix plus modéré à une exposition d’antiquité. De la même façon, des articles ne sont pas évalués basés sur des prix bradés d’une brocante à domicile. Il est cependant plus difficile d’évaluer des raretés. Le prix de vente le plus récent peut être un bon indicateur de valeur marchande pour l’évaluation d’un objet rare.

de