Castres. Une société castraise fabrique des plots anti-accès innovants

Cet article a paru initialement dans ce site

À la place des blocs de béton, la société Amen à Mélou a créé des plots anti-accès esthétiques, faciles à installer et personnalisables pour les collectivités et associations.

Blocs de béton, sacs de sable, barrières, véhicule en travers de la route… Voici les options retenues par les autorités et organisateurs de manifestations pour protéger la population contre les attaques à la voiture-bélier utilisées par les terroristes en Catalogne dernièrement qui rappelle les attentats de Nice, de Berlin et ceux de Londres. Des dispositifs efficaces mais qui pèchent par leur esthétisme et qui gâchent un peu l’ambiance. «Globalement ce n’est pas terrible tous ces dispositifs. Si on est obligé de vivre avec ces mesures de sécurité, autant le faire bien», estime Pierre Serres, le patron de la société Amen, entreprise castraise spécialisée dans la chaudronnerie industrielle depuis plus de 60 ans, qui a réfléchi avec son bureau d’études à une solution tout aussi efficace mais qui s’intégrerait davantage dans le paysage et qui serait aussi et surtout plus pratique à installer. Et depuis quelques jours, l’entreprise fabrique dans ses ateliers de la zone de Mélou et commercialise des plots anti-accès spécial pour les collectivités et associations. Un plot sécurisant, facile à mettre en œuvre, esthétique, personnalisable et qui peut même devenir un support de communication. Un plot constitué d’un cercle en inox ou en acier brut ou en acier thermolaqué rempli de béton brut ou taloché ou couleur ou recouvert de pavés ou encore de graviers. Tout est possible. «On peut même mettre de la pelouse dessus ou le décliner aux couleurs de la ville, y mettre l’emblème de la commune ou le logo de l’association», lâche Pierre Serres. Et il existe aussi une version verrouillable sur embase au sol.

Une remorque pour le transporter et l’installer

Un système innovant et made in Castres qui pourrait faciliter la vie des comités des fêtes ou autres petites mairies qui n’ont pas forcément des grues à porter de main pour bouger des plots en béton et qui ne veulent pas forcément mettre en travers des routes des véhicules comme on peut le voir lors de vide-greniers ou autre fêtes de village. Car ce plot est vendu avec une petite remorque avec crochet d’attelage standard, tractable par n’importe quel véhicule, qui permet à une personne seule d’installer, d’enlever ou de déplacer ce plot de 700 kg pour 80 cm de diamètre et 50 cm de haut. Pierre Serres a même déposé le concept à Institut national de la propriété industrielle (INPI). «Il est possible de fixer une oriflamme dessus aussi ou un panneau», explique encore Pierre Serres qui a fait en sorte de donner une valeur ajoutée à ces contraintes sécuritaires.

Car si la société Amen, qui compte 26 salariés, a su garder sa spécialité de chaudronnerie industrielle pour répondre aux besoins de chauffage central ou climatisation des entreprises, elle veut aussi innover en se servant de sa maîtrise de tous les matériaux aciers, inox et aluminium. C’est cette société qui a créé par exemple les cendriers collectifs et esthétiques utilisés sur Castres pour la collecte des mégots (voir notre édition du 28 septembre dernier). «On va faire un modèle transportable pour les manifestations ponctuelles et un modèle à poser sur les tables» continue Pierre Serres qui sait s’adapter aux demandes et aux marchés. La société vient d’ailleurs de créer et fabriquer toute une gamme de jeux d’eau en inox thermolaqué pour les campings ou collectivités.